«

»

Fév 17 2016

LES STAGES

La mise en stage des jeunesStage

Les stages sont un moyen primordial pour permettre au jeune de développer et conforter une autonomie professionnelle complémentaire à celle de l’atelier ; grâce à ces stages le jeune est amené à transférer et utiliser ses acquis tout en continuant d’apprendre et de se confronter aux réalités de la vie professionnelle.

La mise en place du cursus de stage se fait après une décision de synthèse. Elle est réalisée par l’éducateur réfèrent en lien avec l’éducateur référent professionnel et l’équipe dans son ensemble.

Pendant leur apprentissage les jeunes pratiquent des stages en fonction de leur projet : motivations, acquis professionnels et sociaux, aspects psychologiques, selon une progression individualisée, qui se fait au fur et à mesure des mises en stages et de leurs bilans : elle n’est pas linéaire : certains stages seront accentués sur le geste professionnel et certains sur le coté personnel, social et relationnel.

La progression se réalise à travers différentes étapes :

Les lieux des stages

  • Stages intra-muros : c’est une première position en tant que stagiaire pour une première expérience des règles et bases du travail,
  • Stages extra- muros : avec des stages découvertes afin de définir ou confirmer un choix professionnel puis une intensification des stages dans un secteur donné.
  • Généralement le choix des stages se fait en relation avec les formations dispensées à l’établissement, cependant en fonction du projet individuel, la recherche de terrains de stage peut s’orienter vers des secteurs plus particulier (supermarchés, collectivités…). Cette recherche de terrain de stage s’étend sur un ensemble de corporation du secteur privé et public et se veut le plus diversifiée possible.

La durée des stages

  • Elle est généralement de 3 semaines, elle peut varier en fonction du projet professionnel, des demandes et possibilités des terrains de stages.

Le rythme des stages

  • Les stages ont un rythme de plus en plus intensif, l’objectif étant de s’approcher soit d’un rythme du monde du travail ordinaire, soit du rythme du monde de la formation professionnelle, soit du rythme du monde du travail protégé. Ils peuvent devenir répétitifs  sur le même terrain afin d’obtenir un contrat ou une formation.

Les bilans de stages

  • Ils permettent d’ajuster les objectifs définis pour  le projet individuel et l’orientation qu’elle soit en milieu ordinaire ou protégé.
  • Ponctuellement, le référent professionnel participe aux bilans en entreprise ; sa participation est d’un intérêt évident pour le jeune qui sent que l’attention se poursuit au delà de l’apprentissage  en atelier. Cela permet également au moniteur d’atelier d’accompagner le jeune dans son projet professionnel par la connaissance concrète des terrains de stages et de leurs particularités.
  • Une fois par trimestre une réunion d’organisation et de planification des stages est mise en place. L’échange d’informations concernant  le déroulement des stages est importante car elle permet au réfèrent professionnel d’affiner la prise en charge et de  travailler avec le jeune les points relevés lors des bilans.

Le cursus des stages est formalisé pour :

  • Le jeune, par son carnet de stage (qui reste à réactualiser),
  • L’équipe, également par le carnet de stages, et par les bilans, qui sont systématiquement transmis à la C.D.A.P.H. lors de l’examen des situations ou à tous autres organismes prenant le relais des prises en charges.

 

Laisser un commentaire