«

»

Avr 06 2017

L’institut médico-technique se modernise

Sur les hauteurs de la cité, l’institut médico-technique qui accueille 80 pré-adolescents et jeunes adultes planche sur une nouvelle unité d’hébergement tout en accentuant ses efforts en faveur de l’insertion de ce jeune public.

 

Plutôt méconnue, la structure n’en demeure pas moins un acteur incontournable de l’insertion sociale dans les Vosges.

Où et quand ?

Au n° 1569 de l’avenue de la Division-Leclerc, là où sur 6,5 hectares dès 1200, un ermitage a vu le jour à proximité d’une source dédiée à sainte Anne. Orphelinat en 1900, hôpital de campagne durant la Première Guerre, l’actuel IMT (depuis 1980) fut aussi institut médico-pédagogique dès 1936 et préventorium (1950).

Quoi ?

Institut médico-éducatif, l’IMT compte sept ateliers techniques permettant l’apprentissage de différents métiers, dont ceux du linge (lavage, repassage, couture), du bois, du bâtiment (peinture, plaquiste), de la coiffure, de la cuisine, de l’horticulture et des espaces verts. « L’idée est de préparer ces jeunes vers des secteurs dits ordinaires voire des ESAT, en fonction de leurs capacités, physiques ou intellectuelles », explique Thierry Conter, directeur du site.

Qui ?

Des jeunes âgés de 12 à 20 ans, 80 au total, 38 en accueil de semi-internet et 42 internes, orientés par la Maison départementale pour personnes handicapées (MDPH).

Avec qui ?

Des moniteurs éducateurs, des moniteurs spécialisés et des professeurs des écoles spécialisés sans oublier les intervenants autour de l’axe médico-social : psychologue, infirmières, ergothérapeute, orthophoniste, diététicienne et médecin psychiatre coordinateur.

Comment ?

« La difficulté et la problématique, c’est la sortie dans les meilleures conditions possibles, de ces jeunes », explique le directeur. Or depuis 2007, le nombre de places n’a pas été réévalué et le marché du travail n’apparaît pas très florissant. Actuellement, après avoir revu certains bâtiments dans le cadre de la lutte anti-gaspillage et en faveur de l’environnement, l’IMT planche sur un nouveau bâtiment dédié à l’hébergement des jeunes (40 lits) dans le cadre d’un projet patrimonial plus important. Le concours d’architectes est lancé.

Olivier JORBA VosgesMatin 30 mars 2017